avr 21

Allemagne : une autre centrale nucléaire bientôt arrêtée

On peut examiner un graphique et quelques statistiques pour voir ce qui c’est passé dans le domaine de l’électricité en Allemagne .

 

Tout d’abord la croissance de l’électricité renouvelable , ici : http://www.unendlich-viel-energie.de/auch-am-kuerzesten-tag-des-jahres-liefern-erneuerbare-energien-reichlich-strom

AEE_Entwicklung_EE-Stromerzeugung_1990-2012_Feb13

pour plus de netteté cliquer sur l’image

 

Ensuite la décroissance de la production de l’électricité par le charbon , ici : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=6&codeStat=EG.ELC.COAL.ZS&codePays=DEU&codeTheme2=6&codeStat2=x&codePays2=DEU&langue=fr

2000 = 53,15 %   et 2012 = 46,88 % => depuis le développement des énergies renouvelables le pourcentage de la production d’électricité avec le charbon a diminué .

 

et puis , voilà un petit rappel de juin 2001 , Gérhard Schröder décide de la ‘ sortie du nucléaire ‘ , ici : http://www.lesechos.fr/12/06/2001/LesEchos/18421-51-ECH_gerhard-schroder-qualifie-l-accord-sur-la-sortie-du-nucleaire-de—reforme-essentielle–.htm

<<   Gerhard Schröder qualifie l’accord sur la sortie du nucléaire de « réforme essentielle »    >>

En novembre 2003 , le réacteur nucléaire de Stade a été le premier à être arrêté définitivement .

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Stade

On peut constater la décroissance de la production de l’électricité nucléaire depuis la décision du gouvernement Schröder , ici : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=6&codeStat=EG.ELC.NUCL.ZS&codePays=DEU&codeTheme2=6&codeStat2=x&codePays2=DEU&langue=fr

2000 = 29,64 %   et 2010 ( avant Fukushima ) = 22,60 % => le nucléaire allemand n’a pas attendu Fukushima pour décroitre .

Conclusion : Le développement des énergies renouvelables a fait diminuer la part du charbon et la décision de 2001 du gouvernement Schröder de ‘ sortir du nucléaire ‘ a fait diminuer celle du nucléaire .

 

Plus récemment , suite à Fukushima , l’arrêt de 7 réacteurs nucléaires a été facilitée par la stagnation de la consommation d’électricité en Europe due au ralentissement de l’activité économique et par le développement des énergies renouvelables .

L’arrêt de ces 7 réacteurs semble maintenant largement insuffisant , il va falloir arrêter d’autres moyens de production et ça ne concerne pas que l’Allemagne . Voyons ça .

 

En février 2013 , on pouvait lire ceci : http://www.usinenouvelle.com/article/gaz-dans-l-energie-aussi-on-ferme-des-usines.N191401

<<  Sur les 125 000 MW de centrales à gaz en Europe , un cinquième des capacités risque de fermer . En cause :  la baisse de la demande d’électricité , l’arrivée massive des énergies renouvelables …  >>

 

Ensuite , voici , ici , un texte de aout 2013 : http://reneweconomy.com.au/2013/fossil-fuel-giants-relegated-to-role-of-also-rans-87034

<< 

companies such as RWE. E.ON, and EnBW have canvassed the closure of tens of thousands of megawatts of fossil fuel capacity as coal and fired plants get squeezed out of the market by renewable energy sources such as wind and solar .

RWE , Germany’s second biggest utility , said it would take around 3,100MW of power plant capacity offline in Germany ad Netherlands , and officials told Reuters that “thousands” of megawatts of further capacity could also be shut down or idled .

the growth of renewables means that the hours that fossil fuel plant operate are being dramatically reduced .

E.ON , the largest power producer , said earlier in the week that it had shut down or idled 6,500MW of capacity and may close of mothball another 11,000MW . These included a gas plant in Slovakia that it had opened just two years ago .

>>

soit    <<   Des entreprises telles que RWE , E.ON et EnBW ont examiné la fermeture de dizaines de milliers de mégawatts de capacité de centrales à charbon qui sont éliminés du marché par les énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire .

RWE , la 2e plus importante entreprise dans le secteur dit qu’elle va éliminer environ 3.100 MW de capacité de production en Allemagne et aux Pays Bas , les responsables ont affirmé à Reuters ( une agence de presse ) que des milliers de mégawatts pourraient également être mis en réserve .

La croissance des énergies renouvelables implique que le temps de fonctionnement des centrales à énergies fossiles a été diminué de manière spectaculaire .

E.ON le plus important producteur , a déclaré plus tôt dans la semaine qu’il avait fermé ou mis en réserve 6.500 MW de capacité de production et qu’il pourrait encore mettre en réserve 11.000 MW supplémentaires . Ceci inclus une centrale à gaz en Slovaquie qu’il a tout juste mis en service il y a 2 ans  .

                            >>

 

E.ON  est une des 4 entreprises d’électricité allemandes avec RWE , Vattenfall et EnBW .

 

Puis , un texte de novembre 2013 , ici : http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/electricite/981-lelectricien-allemand-rwe-licencie-6700-employes.html

<<  L’électricien allemand RWE licencie 6.700 employés   >>

 

En avril 2014 , Peter Terium , le PDG de RWE vient de réagir , c’est ici :  http://cleantechnica.com/2014/04/14/peter-terium-ceo-rwe-energy-transition-interview/

Au lieu de s’arcbouter contre l’évolution comme il l’a fait jusqu’ici , il vient enfin de décider de suivre la tendance . Comme on peut le lire , voici ce qu’il a déclaré :

My dream , my vision is that RWE will put solar panels on your roof , a battery in your shed , a heat pump in your cellar , and we will also manage this complex energy system for you

( mon rève est que RWE installe des panneaux solaires sur votre toît , une batterie dans votre bâtiment , une pompe à chaleur dans votre cellier et que nous entretenions votre système énergétique pour vous ) .

C’est ce qu’on appelle un retournement de veste .

 

Ce n’est pas fini , puisque E.ON va fermer prématurément une centrale nucléaire :

Dans le cadre du plan de ‘ sortie du nucléaire ‘ , la centrale de Grafenrheinfeld devait arrêter fin 2015 , l’arrêt est maintenant annoncé pour fin mai 2015 .

C’est ce qu’on peut lire ici : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203405508157-e-on-veut-arreter-une-centrale-nucleaire-avant-l-heure-660639.php?xtor=RSS-2007

<<    E.ON , le numéro un allemand de l’énergie , a annoncé vendredi qu’il comptait arrêter , plusieurs mois avant la date prévue , l’une de ses centrales nucléaires , qui ne lui rapporte plus assez dans un contexte de forte concurrence des renouvelables . E.ON veut stopper sa centrale de Grafenrheinfeld , en Bavière , fin mai 2015 , au lieu de décembre 2015 . « La raison de cette décision est le manque de rentabilité »    >>

 

La concurrence des renouvelables continue d’affecter le nucléaire et la production d’électricité avec le charbon et le gaz , c’est ce qu’on peut lire plus loin dans le même texte :

<<   L’Agence fédérale des réseaux a déjà reçu plus de 40 demandes de fermetures de centrales électriques, essentiellement au gaz ou au charbon , qui souffrent de la concurrence des renouvelables >>

 

Alors le gouvernement a décidé de freiner le développement du solaire photovoltaïque et d’en taxer l’autoconsommation  , c’est ici : http://article.lechodusolaire.fr/?id=uvtjafzvakafwqbz

Donc , les nouvelles installations solaires photovoltaïques allemandes en injection sur le réseau vont être soumises à un quota : maximum 2.500 MW de nouvelles installations par an .

Par ailleurs , l’autoconsommation des entreprises grosses consommatrices va être taxée .

Comme en Espagne et en Italie , cette taxe sur l’autoconsommation photovoltaïque est destinée à en freiner le développement jugé trop rapide ; rapidité qui pourrait créer des difficultés supplémentaires aux producteurs d’électricité nucléaire d’une part et d’électricité issue des énergies fossiles d’autre part , dont certains sont déjà à la peine comme on vient de le voir .

Quand même , la progression de la part de marché de l’électricité renouvelable en Allemagne ( 20 % en 2011 ; 25 % en 2013 ; 27 ou 28 % en 2014 ; prévue entre 40 et 45 % en 2025 ) ne peut que faire reculer la part des autres moyens de production .

Recul qui était , et est encore aujourd’hui , parfaitement prévisible . Dans ces conditions , au-delà des protestations et controverses , où est la surprise au regard de ces évènements ?

avr 16

Une fuite de plus…

A Fukushima, la plus grosse fuite, c’est encore la fuite en avant. Après avoir réussi à fabriquer l’assentiment de la population locale et mondiale à l’idée de rejets dilués dans le Pacifique,

http://www.actualites-news-environnement.com/31947-pecheurs-Fukushima-eau-souterraine.html

voilà que Tepco and Co annonce que de l’eau serait prélevé en amont de la centrale pour être rejetée en mer, tout en en omettant de préciser qu’il lui serait sans doute adjoint au passage une partie de l’eau contaminée stockée sur le site, dont la capacité de stockage est réalisée à 93%. La manœuvre annoncée en deux temps a beau être grossière, elle passera, selon l’adage.

Je rejoins ici l’analyse de Stytch sur son article: http://www.gen42.fr/tepco-se-prepare-t-il-a-tirer-la-chasse/

C’est en train de se mettre en place:

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-thematique_191/fukushima-le-rejet-en-mer-d-eau-souterraine-pompee-en-amont-des-reacteurs-debutera-en-mai-presse-article_142983/

Et, sans doute pendant l’installation technique de cette manœuvre, un lampiste  aura ouvert 4 vannes, inondant les sous-sols de 2 batiments. C’est ballot…

http://www.leparisien.fr/tsunami-pacifique/fukushima-fuite-d-eau-ultra-contaminee-dans-des-batiments-14-04-2014-3767467.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/04/16/97001-20140416FILWWW00091-fukushima-renforcement-de-la-surveillance.php

Vu les précédents durant les 3 années de « gestion » de la catastrophe, ce scénario de rejets en douce n’a rien de complotiste ou paranoïaque. C’est juste prévisible, mais par pour autant inévitable et sans danger, comme on aimerait nous le faire croire dans les médias…

avr 15

le Portugal et sa transition énergétique

La transition énergétique du Portugal , adoptée en 2005 pour résorber le déficit commercial du aux importations d’énergies fossiles , est en cours de réalisation et avance à grand pas .

Et le résultat est déjà assez intéressant , c’est ce qu’on peut lire ici :

http://www.energiesactu.fr/production/lenergie-chez-nos-voisins-le-portugal-0020123

Ainsi , sur l’ensemble du 1er semestre 2013 , la production d’électricité renouvelable s’est élevée à 68 % de l’électricité consommée dans le pays  . Faute d’avoir le chiffre pour la totalité de l’année , on ne peut que faire une estimation ; comme il semble que les conditions climatiques aient été particulièrement favorable au 1er semestre ( vents et pluies ) , même si on ne retient que 60 % pour l’année complète , le chiffre n’en est pas moins remarquable .

On constate aussi à la lecture de cet article que la consommation de charbon a baissé de 22 % et celle du gaz naturel de 36 % .

Les importations d’énergies ont donc chuté conformément à l’objectif visé par la transition énergétique initiée en 2005 . Par ces temps de difficultés économiques l’amélioration de la balance commerciale est plutôt une bonne nouvelle .

 

Bon , alors comment le pays en est il arrivé là ?

La recette : en développant  l’éolien , le solaire , l’hydroélectricité et les STEP .

 

Lors de sa mise en service en 2008 , la centrale de Amarelaja était alors la plus grande centrale solaire du monde ( 250 hectares ) , c’est ce qu’on peut lire ici :

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-plus-grande-centrale-solaire-monde-desormais-portugaise-17813/

 

A Alqueva , la capacité de STEP est passée de 240 à 520 MW :  http://www.europeorient.com/pages/industrie-economie/portugal-inauguration-de-la-centrale-hydroelectrique-d-alqueva-ii.html

 

La STEP de Venda Nova va passer de 281 MW à 1.017 MW par 2 extensions , Venda Nova II : http://www.hydroworld.com/articles/print/volume-15/issue-4/articles/design-and-construction-innovations.html

et Venda Nova III qui sera en service en 2015 :

http://energystoragetrends.blogspot.fr/2010/12/pumped-hydro-energy-storage-to-be.html

 

Une STEP de 1.200 MW et sa retenue inférieure constituée d’un barrage classique , sont en construction par Iberdrola à Alto Tamega , ils entreront en service en 2018 : http://multimediaprofesionales.iberdrola.es/En/Noticias/IBERDROLA,build,Alto,Tamega,hydro,complex,Portugal,77.html

Ceci , pour ne citer que quelques projets parmi d’autres .

 

Donc , sans nucléaire il existe bien une recette pour sortir des énergies fossiles . En effet , il n’y a aucune centrale nucléaire au Portugal .

Curieusement les pays qui n’ont pas de nucléaire trouvent les solutions alternatives , tandis que ceux qui en ont affirment qu’on ne peut pas s’en passer .

En tous cas , le Portugal a fait la démonstration en réel , pour de vrai , qu’il est possible de satisfaire 60 % des besoins en électricité d’un pays avec les seules énergies renouvelables .

avr 11

Augmentation rétroactive des tarifs EDF

Juste énorme. Les arriérés de facture du nucléaire, conséquences de l’effet Fukushima.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/04/11/tarifs-de-l-electricite-la-justice-impose-une-hausse-retroactive_4399937_3234.html

A noter dans l’article un tableau qui reprend les prix de l’électricité en Europe.  A tous ceux qui clamaient que le nucléaire nous garantissait le prix de l’électricité le plus bas: On est derrière la Grèce…

Voir aussi:

http://www.lefigaro.fr/conso/2014/04/11/05007-20140411ARTFIG00312-electricite-9-foyers-sur-10-vont-devoir-payer-un-supplement.php?pagination=2#nbcomments

qui précise bien: « La hausse des tarifs de l’électricité se justifie notamment par la modernisation et le renforcement de la sûreté des 58 réacteurs d’EDF, mais aussi par l’entretien des réseaux de transport et de distribution d’électricité. »

D’autres articles plus tendancieux ‘hésitent pas à faire porter la faute sur les autres producteurs, réunis au sein de l’Anode.

 http://www.lepoint.fr/economie/electricite-le-conseil-d-etat-contraint-le-gouvernement-a-revoir-les-tarifs-a-la-hausse-11-04-2014-1812234_28.php

avr 09

La Russie cesse de fournir de l’uranium militaire recyclé aux USA, faute de stocks restants.

Cela n’a rien à voir avec la crise ukrainienne, la Russie cesse ses envois provenant des armes démilitarisées après avoir épuisé les stocks concernés, or si l’on déduit ces « sources secondaires d’uranium » la production d’uranium est inférieure d’un tiers à la consommation depuis de nombreuses années. Mais on voit mal comment la production pourrait augmenter de 50% pour les compenser alors qu’on est tout proche du pic de production prévisible !

Voir http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/nucleaire/nucleaire-nouvelles/1025-uranium-la-russie-termine-ses-livraisons-aux-usa.html

Le CEA lui-même le reconnaît :
« Finalement, l’offre primaire issue des mines, qui s’était vue réduite à la portion congrue, est désormais privée de marge de manœuvre significative pour faire face à toute hausse de la demande. »
Source : http://www.cea.fr/content/download/4853/28969/file/clefs55_p017_022_Capus.pdf

Le peak uranium arrive ! Certains le voient en 2015, les plus optimistes en 2025 :
http://www.journaldelenvironnement.net/article/un-peak-uranium-en-2015,35413

Rappelons que notre nouveau premier ministre considère le nucléaire comme une énergie d’avenir ! Les guerres en Afrique aussi ont de l’avenir…

Quant aux USA, 50% de leur consommation provenait de ces stocks. Leurs centrales nucléaires vont fermer les unes après les autres (pourquoi surpayer de l’uranium quand on peut produire moins cher avec les gaz de schiste et le solaire ?).

avr 09

L’autonomie électrique privée va t elle enfin décoller ?

Aux Etats Unis la production de pétrole et de gaz de schiste continue sur sa lancée , voilà ci-dessous la courbe de croissance de la production de pétrole de schiste associée à celle du gaz de schiste sur le gisement de Bakken dans le Dakota du Nord : http://en.wikipedia.org/wiki/Bakken_formation

   1200px-Bakken_Oil_Production_ND

En février 2014 , la production a dépassé les 1 050 000 barils par jour pour ce seul gisement .

 

Ce qui a des incidences financières : http://www.legazdeschiste.fr/focus-economique/09012014,le-gaz-de-schiste-conduit-la-balance-commerciale-americaine-vers-l-equilibre,1072.html

<<   Le gaz de schiste conduit la balance commerciale américaine vers l’équilibre   >>

( par baisse des importations d’énergie )

 

Toutefois , suite aux pertes d’exploitation monumentales de plusieurs grosses entreprises dont la Shell , de nombreux gisements parmi les moins rentables ont été abandonnés diminuant l’offre => les prix à la vente du gaz de schiste ont largement remonté ; l’hiver extrêmement rude aux Etats Unis a fait augmenter la consommation , donc la demande => ce qui a également participé à la poussée des prix à la hausse :

http://www.rfi.fr/emission/20140108-le-froid-etats-unis-revigore-prix-matieres-premieres/

<<  La chute du thermomètre aux Etats-Unis a fait remonter les prix du gaz  >>

=> les entreprises productrices ont donc retrouvé une santé financière avec un quasi doublement des prix de vente sur 6 mois .

 

La conséquence est que le gaz de schiste américain , bien qu’encore très largement moins cher que le gaz naturel russe , a fait monter les coûts de la production de l’électricité à la sortie des centrales à gaz aux USA  => dans le pays , le photovoltaïque devient du même coup une option très intéressante en terme de prix .

exemple , ci-dessous :

Une des dernières installations solaire américaine affiche un prix de vente ( et non pas un prix de revient) , de 5 cts de dollar le kWh , soit 3,7 cts d’euro . C’est ici :

http://cleantechnica.com/2014/03/13/solar-sold-less-5%c2%a2kwh-austin-texas/

<<   Solar Less Than 5¢/kWh In Austin , Texas ! ( Cheaper Than Natural Gas , Coal , & Nuclear )  >>

le solaire à moins de 5 cts de dollar le kWh à Austin au Texas ( moins cher que le gaz naturel , le charbon et le nucléaire )  …

et à un prix maintenant comparable à l’électricité qui sort des centrales à gaz de schiste .

Ce qui en fait , à ce jour , dans la situation actuelle fortement évolutive , l’électricité la moins chère  produite aux Etats Unis avec celle issue du gaz de schiste en réintégrant les subventions d’Etat pour une estimation équitable .

Quand on compare avec le prix garanti pour les futurs réacteurs EPR britanniques , comme on dit , ’ y a pas photo ’ . Le contrat prévoit un prix de vente du kWh nucléaire de 10,9 cts sortie centrales  : c’est ici :

http://www.20minutes.fr/economie/1238003-20131017-nucleaire-britannique-accord-construction-deux-epr-edf

 

Bon , évidemment il s’agit là d’une installation solaire située dans une région particulièrement ensoleillée , mais ce n’est pas la place qui manque dans les zones quasi désertiques du sud des Etats Unis .

 

Reste la question de la variabilité de la production en fonction de l’ensoleillement ; parce que dans ce type d’installation , la question n’est pas résolue puisqu’il n’y a aucun moyen de stockage prévu .

 

Par contre , en Allemagne , où les nouvelles installations solaires fonctionnent en ‘ auto consommation ‘ chaque fois que c’est possible  puisque les prix de rachat par le réseau de l’électricité produite est inférieure aux prix de vente au compteur , les propriétaires ont tout intérêt à consommer le maximum de leur propre production plutôt que de la revendre au réseau .

Pour augmenter la part autoconsommée , l’installation de batteries de stockage est subventionnée par le l’Etat => alors évidemment le secteur industriel du stockage par batteries à destination des logements est prévu fortement se développer , c’est ici :

http://cleantechnica.com/2014/03/25/germany-solar-storage-sector-set-skyrocket/

<<  Germany Solar Storage Sector Set To Skyrocket

Sales of residential solar storage systems in Germany are tipped to boom , with new figures projecting roughly 20-fold growth over the next four years .   >>

 

le secteur allemand du stockage solaire va monter en flèche

les ventes d’installations de stockage solaire en Allemagne est prévu décoller , avec une prévision de croissance qui va multiplier par 20 dans les 4 ans à venir .

 

Reste encore à examiner le prix de ces batteries .

Alors revenons aux Etats Unis .

Certains industriels américains anticipent parfaitement l’évolution :

http://cleantechnica.com/2014/03/25/tesla-help-customers-go-grid/

<<    Tesla * Could Help Customers Go Off Grid

The falling cost of solar we know about , and the rising cost of poles and wires is also well understood . The new element is the falling cost of battery storage .  >>

 

Tesla pourrait aider les clients à quitter le réseau électrique ( pour devenir autonomes )

L’effondrement du prix du solaire et l’augmentation des coûts des réseaux électriques sont bien connus . Le nouvel élément est la chute des prix des batteries de stockage .    

 

Effectivement , le prix de revient de fabrication des batteries lithium ion a diminué de moitié environ en 5 ans .

 

* Tesla est une entreprise américaine qui produit des voitures électriques , ce qu’on peut lire ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tesla_Motors  ,


Tesla va maintenant construire une giga usine de fabrication de batteries pour voitures électriques , mais aussi à destination des logements pratiquants l’autoconsommation :

http://cleantechnica.com/2014/03/25/tesla-help-customers-go-grid/

<<   Tesla , the electric vehicle manufacturer , that it plans a $5 billion “gigawatt” scale battery manufacturing facility that will bring down the cost of batteries by more than half  >>

 

Tesla , le constructeur de voitures électriques , planifie une usine de 5 milliards de dollars de la taille du Gigawatt de production annuelle , qui va abaisser le coût des batteries de plus de moitié .

 

Une nouvelle baisse des coûts de production de moitié est donc prévue et ces batteries serviront à la fois aux véhicules électriques et aux logements en autoconsommation partielle ou autonomes .

 

Selon ‘ lechodusolaire ‘ ( http://article.lechodusolaire.fr/?id=adzvhfhcakafmpwl ) , qui reprend les chiffres de                ‘ pvxchange ‘ , les prix à la fabrication des panneaux solaires continuent de baisser sauf en Chine ; ci-dessous , dans la dernière colonne , voilà l’évolution des prix de gros sur 14 mois :

Pvxchange406

 

L’entreprise américaine ‘ first Solar ‘ qui fabrique des panneaux solaires , prévoit une baisse de ses prix de fabrication de 50 % d’ici 5 ans :

http://cleantechnica.com/2014/03/26/average-manufacturing-costs-solar-halve-gas-prices/

<<   First Solar expects its average manufacturing cost to nearly halve – from an average $US0.63/watt in 2013, to $US0.35/W in 2018    >>

 

First Solar prévoit que ses coûts de production vont diminuer de moitié d’une moyenne de 63 cts de dollar par watt en 2013 à 35 cts de dollars par watt en 2018 .   ( soit 260 euros ! le kW en 2018 )

 

On peut résumer tout ceci en peu de chose :

prix de production du kWh solaire déjà très compétitif  ( en oubliant de regarder les prix Français ) 

+ coûts de production des panneaux solaires toujours orientés à la baisse

+ coûts de production des batteries lithium toujours orientés à la baisse

=> c’est une question de temps : l’autoconsommation de l’électricité dans les logements équipés de panneaux solaires va devenir banale , en attendant l’autonomie électrique quand le prix des batteries aura franchement et largement baissé .

 

sauf à faire comme l’Espagne qui va fortement taxer les logements qui pratiquent l’autoconsommation pour en freiner la multiplication dans le but de sauvegarder les réseaux de distribution et les autres acteurs de production d’électricité qui sont en difficulté ( taxe spécifique de 6,7 cts d’euro par kWh solaire autoconsommé ! ) :

http://energie.lexpansion.com/prospective/photovoltaique-debats-autour-de-l-auto-consommation_a-34-7912.html#xtor=RSS-115

Ce choix contestable qui prétend sauvegarder l’emploi en période de crise en instituant une ‘ taxe soleil ‘ qualifiée de ‘ provisoire ‘ ne prend pas en compte les emplois perdus avec les installations solaires qui ne seront pas posées à cause d’une taxe dissuasive  .

Et puis cette pénalité de 4 millions d’euros pour toute installation solaire non déclarée ressemble fort à une véritable prohibition  comme si l’énergie solaire était soudainement devenue une menace pour l’ordre établi de l’industrie des réseaux électriques de distribution , des énergies fossiles et du nucléaire .

avr 05

Les compagnies d’électricité japonaises demandent de l’aide

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/fukushima-les-compagnies-d-electricite-japonaises-toujours-aux-abois-04-04-2014-3740187.php

Et c’est qui qui devra mettre la main à la poche pour pallier aux incohérences d’une politique énergétique suicidaire?

avr 03

La Norvège réserve d’énergie ?

La production électrique Norvégienne représente entre 110 et 115 % des besoins du pays suivant les années , la totalité de cette production est satisfaite entre 95 et 99 % par ses barrages hydroélectriques ; voir le graphique ici :

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=NOR&codeTheme=6&codeStat=EG.ELC.HYRO.ZS

Ce qui signifie donc que les capacités hydroélectriques dépassent les besoins du pays .

 

L’ambition de Stattkraft , l’entreprise publique d’électricité norvégienne est de devenir la future  » batterie  » de l’Europe , c’est ce qu’elle explique ici sur son site :

http://www.statkraft.fr/sources-denergie/hydroelectricite/le-transfert-de-lenergie-par-pompage/

 

Des barrages hydroélectriques existants ou des lacs de retenues sont destinés à devenir des réserves d’énergie de type STEP ( Stations de Transfert d’Energie par Pompage ) qui fonctionneront en tampon en complément des énergies renouvelables européennes , c’est ici :

http://www.statkraft.fr/sources-denergie/hydroelectricite/les-cinq-plus-grosses-batteries-de-statkraft/

 

Déjà , lors de vents forts , une partie des excédants de production des éoliennes danoises est transférée vers la Norvège par 3 liaisons de câbles sous-marins d’une capacité de 0,95 GW qui traversent le Skagerrak , tandis qu’une 4e liaison de 0,6 GW est cours d’installation et devrait entrer en service en 2014 . Ceci pour une puissance appelée nationale moyenne d’un peu plus de 4 GW .

Dans la limite de cette puissance , en plus de l’usage de STEP , les barrages hydroélectriques norvégiens sont utilisés en tant que moyens d’effacement quand la production éolienne danoise est importante , ce qui permet à une production équivalente hydroélectrique norvégienne d’être différée dans le temps . La flexibilité de production de l’hydroélectricité est particulièrement adaptée à cette fonction .

Potentiellement et théoriquement , c’est la quasi-totalité des capacités hydroélectriques norvégiennes qui pourrait être utilisée comme moyen d’effacement européen sous réserve de l’installation de lignes électriques d’échange suffisantes .

Une partie des barrages norvégiens sont installés en réseau et en cascade . Certains font déjà office de STEP , en quelque sorte ils sont hybrides . L’hybridation généralisée des barrages en cascade pourrait transformer le potentiel hydroélectrique norvégien en moyen d’effacement doublé d’un potentiel de STEP , les deux techniques pouvant se cumuler au même moment .

Pour visualiser la situation , on peut télécharger ce document de Statkraft , où en page 10 se trouve le schéma d’un des réseaux hydroélectriques et de STEP norvégiens , celui de Ulla – Forre : http://ddata.over-blog.com/1/23/41/67/Statkraft_s_Approach_to_Hydropower_Statkraft_Bysveen-1-.pdf

On a ici une idée de l’imbrication en réseau des différents barrages hydroélectriques et des STEP dans le pays .

 

Bien entendu la stratégie Norvégienne n’a pas échappé aux chroniqueurs allemands ; selon le  » spiegel  » , ici :

http://www.spiegel.de/international/europe/norway-wants-to-offer-hydroelectric-resources-to-europe-a-835037.html

<<   La Norvège veut devenir la batterie de l’Europe   >>

 

A cet effet , la capacité des moyens norvégiens est prévue en augmentation , c’est ce qu’on peut voir ici , dans les projections de production pour les années 2014 et 2015 en fin de tableau :

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=6&codeStat=EG.ELC.PROD.KH&codePays=NOR&codeTheme2=6&codeStat2=x&codePays2=NOR&langue=fr

 

Une étude Allemande de 2010 , prévoit l’installation de lignes entre la Norvège et l’Allemagne et l’utilisation de retenues d’eau norvégiennes en tant que moyens tampons pour développer les énergies renouvelables allemandes , c’est ici : http://www.umweltrat.de/SharedDocs/Downloads/EN/04_Statements/2010_05_Statement15_Renewablesby2050.pdf?__blob=publicationFile

En page 60 , on découvre le réseau de retenues norvégiennes utilisables à cet effet .

En page 65 , on découvre la capacité des lignes projetées qui devraient relier la Norvège à l’Allemagne en transitant par le Danemark : 42 GW .

 

Pour l’instant , les réalisations allemandes dans ces infrastructures sont très en retard à cause d’avis techniques et politiques divergents tandis que les énergies renouvelables continuent de monter en puissance . Ce qui aboutit selon l’expression populaire à  » mettre la charrue avant les bœufs  » puisque les capacités de stockage progressent moins vite que les installations éoliennes et solaires .                                                                              En conséquence , dans l’immédiat , ce sont les centrales à gaz et à charbon qui doivent arrêter quand la production éolienne est trop importante . Ce qui ne manque pas par ailleurs de perturber les échanges d’électricité inter – européens .

Cette situation ne pourra pas durer , soit l’Allemagne devra passer à la réalisation rapide des lignes et des moyens de stockage qui lui manquent en sus de ceux qui sont déjà en service , soit elle devra freiner le développement des énergies renouvelables .

 

Alors finalement , dans ces conditions , la Norvège deviendra t elle la  » batterie tampon  » des énergies renouvelables de l’Europe comme elle en affiche régulièrement la volonté ?                                                                                                                                                                                    C’est à ses voisins producteurs d’énergies renouvelables d’en décider , et dans l’immédiat tout particulièrement à l’Allemagne .

Une chose est sure , la Norvège n’a pas besoin de nucléaire et il n’y a aucune centrale nucléaire dans le pays  .

mar 31

Les positions successives de Manuel Valls sur le nucléaire

Manuel Valls point presse Strasbourg 20 août 2013

Manuel Valls à Strasbourg le 20 août 2013

Mai 2008 : POUR

‘Sur des sujets tels que les OGM et le nucléaire, je suis très sceptique concernant une forme de dictature intellectuelle de l’idéologie écologiste. [...] on n’alimentera pas la planète en nourriture et en énergie avec de l’agriculture bio et des éoliennes. »

http://www.gaucheliberale.org/post/2008/05/09/Manuel-Valls-pour-une-refondation-liberale-de-la-gauche

Mai 2011 : candidat à la primaire socialiste

Juillet 2011 : CONTRE

‘S’il faut achever la construction de l’EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville compte-tenu de l’avancement des travaux et de la nécessité d’assurer la transition énergétique, il faudra stopper tous les nouveaux projets.’

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/07/01/nucleaire-trouver-l-energie-du-changement_1542920_3232.html

Septembre 2011 : CONTRE

« Nous devons faire le même effort qu’en Allemagne. [...] Notre industrie nucléaire doit laisser la place à une autre industrie [...] celle du démantèlement et de l’enfouissement ».

http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/7-la-crise-democratique-par-manuel-valls_8945036.html

Octobre 2011 : primaires socialistes remportées par François Hollande

Novembre 2011 : POUR

« Nous poursuivrons l’activité de production de combustible et de retraitement, et il nous faut bien évidemment garder la filière Mox », a déclaré le député dans les couloirs de l’Assemblée nationale, au lendemain d’un accord conclu dans la douleur entre le PS et EELV.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/16/97002-20111116FILWWW00538-nucleaire-garder-la-filiere-mox-hollande.php

Aoùt 2012 : POUR

« C’est une filière d’avenir, incontestablement »

« Nous avons besoin de nucléaire, même si on réduit, dans la décennie qui vient, sa part. Nous avons besoin de renouveler nos centrales nucléaires, ses différentes filières », a dit Manuel Valls. «Evidemment, le nucléaire est une filière d’avenir [...] »

La centrale de Fessenheim, la plus ancienne de France, «sera fermée au cours de ce quinquennat, tel que cela avait été annoncé par François Hollande pendant la campagne, et en même temps en reconvertissant ce site», a encore dit Manuel Valls.

http://www.liberation.fr/politiques/2012/08/27/les-ecologistes-denoncent-les-propos-de-montebourg-sur-le-nucleaire_842036

2013-2014 : ?

Pas de déclaration retrouvée.

 

Une seule chose est sûre, si tous les hommes politiques se plaçaient devant les éoliennes, leurs rotations de girouette suffirait à alimenter la France…

mar 28

TEPCO se prépare-t-il à « tirer la chasse » ?

Photo: IAEA Imagebank (CC BY-NC-ND 2.0).Tous ceux qui se préoccupent encore de ce qui se passe à Fukushima seront intrigués par ces deux articles qui pourraient être liées. Le premier concerne la capacité de stockage d’eau radioactive sur le site de la centrale qui atteint actuellement 91% de la capacité maximale.  A ce rythme, le site de stockage pourrait atteindre la saturation en juin comme l’explique  Iori Mochizuki sur son indispensable blog (22/03/2014).

Par ailleurs, nous apprenons par cet article de Science et Avenir (26/03/2014) que TEPCO s’apprête à rejeter à la mer de l’eau du sous sol pompée en amont de la centrale après un bref passage dans des cuves de stockage pour vérifier qu’elle n’est pas contaminée.

On a su très tôt que le stockage de l’eau radioactive butterait contre une limite technique en raison des importants volumes d’eau à stocker. De plus les fuites sont fréquentes sur des cuves montées dans la précipitation et la course contre la montre ne pourra pas se poursuivre éternellement.

Quelles sont les solutions de TEPCO pour sortir de cette impasse ?

TEPCO comptait sur le systeme ALPS pour faire baisser la contamination de l’eau et descendre en dessous de la limite ce qui autoriserait les rejets en mer. Ce scénario avait même reçu l’aval de l’AIEA mais il est contrarié par les caprices d’un système de décontamination ALPS qui s’avère être une « usine à gaz » bien peu fiable. Il ne reste donc à TEPCO que la solution de la forte dilution avec de l’eau non contaminée. C’est probablement cette stratégie désespérée qui se dessine :

1. Pomper de l’eau en amont de la centrale.

2. La stocker sur le site pour vérifier qu’elle n’est pas contaminée.

3. La mélanger à l’eau contaminée jusqu’à la limite fixée par l’AIEA.

4. Rejeter le mélange à la mer.

C’est un peu comme si TEPCO installait discrètement une « chasse d’eau » qui serait tiré régulièrement en toute discrétion.

Ce scénario aurait pour effet de réduire le volume d’eau fortement contaminé à stocker et mécaniquement de ralentir le rythme de construction de nouvelles cuves au prix d’une contamination encore accrue de l’océan.  Nous aurons la réponse dans quelque mois. Affaire à suivre…

 

Articles plus anciens «